L’Agence de Médecine Préventive (AMP) contribue à combler les lacunes en matière de vaccination

Paris - avril 2016 – La vaccination est largement reconnue comme l'une des interventions de santé publique les plus bénéfiques et les plus rentables. Pourtant un enfant sur cinq, aujourd’hui, ne reçoit pas toutes les doses des vaccins de routine à travers le monde. La campagne pluriannuelle de la semaine mondiale de la vaccination, qui se déroulera du 24 au 30 avril 2015, tend à « Combler les lacunes en matière de vaccination ».

Dans nombre de pays en développement, particulièrement en Afrique subsaharienne, les systèmes de santé sont pénalisés par la faiblesse des infrastructures, des équipements insuffisants, des services de base (transport, informatique) inadaptés et un déficit de personnel qualifié - avec pour résultat des problèmes tels que des pertes et pénuries de doses vaccinales, et autant d’occasions manquées de vacciner ces enfants. Pour relever ces défis l’AMP intervient dans les pays en développement, depuis plus de 40 ans et dans plusieurs domaines, pour assurer un accès aux vaccins à tous de façon équitable.

Améliorer les performances des services de vaccination

Des services de vaccination robustes sont essentiels pour consolider les acquis et s’assurer que les nouveaux vaccins soient introduits et déployés de manière appropriée dans tous les districts, y compris les zones les plus reculées. C’est pourquoi, dans le cadre du soutien apporté par « Gavi, l’Alliance du Vaccin » pour améliorer la couverture vaccinale et l’accès équitable aux vaccinations à travers le renforcement des systèmes de santé, l’AMP collabore avec les autorités sanitaires et les partenaires de Gavi dans cinq pays d’Afrique subsaharienne (Cameroun, Côte d’Ivoire, Guinée, Mauritanie et République centrafricaine) en leur fournissant un appui technique complémentaire à ceux de l’Unicef et de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Logistique de santé en Afrique subsaharienne : assurer une vaccination pérenne pour tous

Méconnue du grand public, la logistique de santé est trop souvent le maillon faible des programmes de vaccination en Afrique subsaharienne. Or, associée à une gestion efficace et optimale des vaccins, elle permet de garantir l’accès à des services de vaccinations capables de prévenir des maladies et sauver des vies

De 2011 à 2015, le projet LOGIVAC a, d’une part, repensé la chaîne logistique vaccinale du Bénin en la mettant en place dans un site de démonstration et a, d’autre part, appuyé l’établissement du centre de référence régional dédié à la formation et à la certification des logisticiens de santé. Suite aux résultats probants de la zone pilote, le projet LOGIVAC+ vise à continuer la mise en œuvre de la chaîne logistique optimisée à travers tout le Bénin ces trois prochaines années.

Innover en matière de stratégie vaccinale pour atteindre les populations vulnérables difficiles d'accès : exemple du projet VaxiChol

Certaines populations mobiles ou vivant dans des zones reculées sont très difficiles à vacciner. Le projet VaxiChol, lancé en 2015 par l’AMP, est un projet pluridisciplinaire dont l’un des axes prioritaires est d’implémenter et de tester des stratégies simplifiées d’administration du vaccin anticholérique oral (OCV) et réaliser des études d’impact parmi ces populations.

Récemment au Malawi, lors de la campagne de vaccination contre le choléra, une partie des vaccins a été utilisée pour tester une stratégie innovante basée sur l’auto-administration de la deuxième dose du vaccin. Cette stratégie a été développée auprès des communautés de pêcheurs vivant sur les îles du Lac Chilwa (sud du Malawi). La première dose a été administrée selon les recommandations internationales. A la fin du premier tour de la campagne de vaccination, les doses de vaccins destinées au second tour ont été transportées sur les îles, et confiées à un leader communautaire qui les a stockées en lieu sûr (hors chaîne de froid). Après 14 jours, les vaccins ont été distribués dans la communauté pour une prise à domicile. Cette stratégie simplifiée, basée sur l’implication de la communauté et ne nécessitant pas la logistique habituelle de la chaîne de froid, pourrait être une des solutions pour atteindre plus facilement les populations difficilement accessibles.

Promouvoir l’utilisation de données probantes dans la conception des politiques de vaccination plus adaptées aux besoins des populations

Les décideurs des pays en voie de développement sont confrontés à une complexité de la vaccination : quelles politiques vaccinales promouvoir face aux situations épidémiologiques rapidement évolutives et au nombre de vaccins disponibles ? Comment concevoir des politiques équitables, qui permettent d’atteindre l’ensemble des populations ciblées ? Pour appuyer les décideurs, il est recommandé la mise en place de Groupes techniques consultatifs nationaux sur la vaccination (GTCV).

Depuis 2008, le Centre de « Politiques de santé et développement institutionnel » (HPID) de l’AMP, centre collaborateur de l’OMS, œuvre, au travers de l’Initiative SIVAC, à la création et au renforcement des GTCV pour améliorer l’appropriation des politiques vaccinales par les pays. L’Initiative SIVAC a ainsi accompagné 43 GTCV (dont 14 nouvellement crées) notamment à travers le développement de compétences de plus de 400 de leurs membres.

En 2016, les actions s’élargissent à l’évaluation des GTCV, et leur mise en réseau aux niveaux régional et international pour accroître leurs performances et favoriser l’établissement de collaborations bilatérales.

 

A propos de l'Agence de Médecine Préventive (AMP)

Fondée en 1972, l’Agence de Médecine Préventive (AMP) est un organisme à but non lucratif dédié à la promotion de la médecine préventive et de la santé publique dans le monde. Avec ses partenaires publics et privés, l’AMP vise à accroître les connaissances scientifiques permettant la formulation de politiques sanitaires fondées sur des données probantes ; promouvoir l’introduction et l’utilisation des vaccins ; renforcer la logistique et les prestations de services de vaccination ; développer les capacités humaines et institutionnelles à travers des programmes de formation sur mesure ; innover dans le domaine de la vaccinologie appliquée. Pour plus d'informations, veuillez visiter notre site web. Suivez toute l’actualité de l’AMP sur Twitter : @AMPvaccinology

Contact presse :

Agence de Médecine Préventive (AMP)
Alice Henry-Tessier
+33 (0)1 53 86 89 20
ahenrytessier@aamp.org