Projet RIPOST de l’OOAS : Renforcer les institutions et les capacités en Santé Publique en Afrique de l’Ouest

Ouidah, Bénin – 23 mars 2018 : Du 26 février au 23 mars 2018, s’est déroulée la première édition de la formation-action en épidémiologie d’intervention et approche communautaire en situation d’urgence, organisée dans le cadre du Projet « RIPOST » de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS). Une cinquantaine de participants venus de cinq des pays partenaires du projet, (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée et Niger) ont pris part à cette session présentielle et résidentielle de 4 semaines à l’Institut Régional de Santé Publique C.A. Quenum (IRSP-CAQ) sis à Ouidah au Bénin. Cette formation de professionnels de santé publique constitue le premier livrable important de la première composante du projet « RIPOST ».

Le projet « RIPOST » promu par l’OOAS s’articule ainsi autour de trois composantes à savoir (i) la formation-action des professionnels de santé publique en épidémiologie d’intervention et approche communautaire en situation d’urgence ; (ii) la mise en place d'un dispositif de recherche-action visant le renforcement de la mobilisation sociale et communautaire pour la prévention et la lutte contre les épidémies et enfin (iii) la mise en réseau des acteurs sous la coordination de l’OOAS.

Ce dispositif inter-États en trois composantes coordonnées, résulte des leçons apprises de la récente épidémie de la maladie à virus Ebola qui a frappé l’Afrique de l’Ouest et des autres épidémies qui y sévissent de façon récurrente. Ainsi le projet « RIPOST » a pour objectifs de (i) Renforcer les capacités des services de santé des pays partenaires en charge de la coordination et de la gestion des épidémies ; (ii) renforcer les capacités de l’OOAS et des pays partenaires dans le domaine de la veille sanitaire et de la santé publique et enfin (iii) soutenir sous l’égide de l’OOAS le développement d’un réseau des Etats africains et des partenaires techniques.

La présente « formation en épidémiologie et approche communautaire en situation d’urgence » s’inscrit précisément dans ce contexte. Elle a permis, entre autres, aux apprenants (i) d’être capables d’utiliser les concepts et méthodes épidémiologiques pour investiguer et répondre aux signaux, alertes et épidémies, (ii) de définir, organiser et évaluer les systèmes de surveillance, (iii) prendre des décisions sur la base d’informations factuelles qui tiennent également compte du contexte social et culturel pour adapter les interventions et obtenir l’adhésion des acteurs sociaux et enfin (iv) de communiquer de manière appropriée en situation d’alerte et de crise sanitaire. Outre cette session présentielle et résidentielle, le dispositif de formation est complété par un mentorat à distance de 24 semaines. Un pré-test et un post test sont réalisés pour mesurer la progression pédagogique de l’apprenant.

Ainsi préparés et renforcés, ces professionnels de santé constitueront la première cohorte d’une masse critique harmonisée et synergique d’acteurs compétents, permettant au Projet « RIPOST » d’avoir un impact contributif performant sur (i) le renforcement des capacités techniques et managériales des institutions nationales de coordination (INC) des pays partenaires de « RIPOST » pour la Veille et la surveillance épidémiologiques ; (ii) la Surveillance à « base communautaire » ; (iii) la Gestion des signaux et alertes, l’Aide à la décision pour la prévention et la riposte et enfin (iv) la Mobilisation des acteurs sociaux.

Le projet « RIPOST » est mis en œuvre grâce à un financement conjoint du Ministère Français de l’Europe et des Affaires Etrangères (MEAE) et de l’Agence Française de Développement (AFD) avec l’appui technique de l’Agence de Médecine Préventive – Bureau Régional Afrique (AMP), chef de file d’un groupement d’opérateurs incluant des institutions reconnues pour leur expertise en matière de santé publique et de recherche [Institut de Santé Publique, d’Epidémiologie et de Développement (ISPED), Santé Publique France, International Association of National Public Health Institutes (IANPHI), Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et Solidarité Thérapeutique et Initiative pour la Santé (Solthis)], ainsi que des experts d’institutions nationales de six états membres de la CEDEAO partenaires du projet (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée, Niger, Togo).

A propos de l’OOAS : 

L'OOAS est l'institution spécialisée de la Communauté économique États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) responsable des questions de santé. Sa mission est d'atteindre le plus haut standard possible et de protection de la santé des peuples de la sous-région à travers l'harmonisation des politiques des États membres, la mise en commun des ressources, et la coopération entre les uns et les autres pour une lutte collective et stratégique contre les problèmes de santé de la sous-région.

Pour plus d'informations sur l'OOAS, visitez : www.wahooas.org - https://twitter.com/OoasWaho -

A propos de l’AMP – BUREAU RÉGIONAL AFRIQUE : 

Établie à Abidjan en Côte d’Ivoire depuis l’an 2000, l’association AMP - Bureau Régional Afrique, a pour but d’aider ou de soutenir toute institution publique ou privée œuvrant pour le développement et l’application de la médecine préventive en Afrique, notamment en matière de vaccinations. Ses domaines d’expertises et de compétences concernent la recherche-action multidisciplinaire en épidémiologie – vaccinologie -sciences sociales de la santé ; le renforcement et la logistique des services de santé et de vaccination ; les politiques de santé et le développement institutionnel ; le développement des ressources humaines en santé et les dispositifs de formation-action. L’AMP - Bureau Régional Afrique supervise directement les établissements ou bureaux d’Afrique subsaharienne installés au Burkina Faso, Bénin, Togo, Guinée et tous ceux qu’elle sera amenée à créer partout où le besoin est avéré et les moyens disponibles pour mettre en œuvre au plus près du terrain et en étroite collaboration avec les partenaires nationaux et internationaux, les solutions transdisciplinaires qu’elle propose pour une résolution pérenne des problèmes qui se posent.

Contacts : Tél. : 00225 22 514 075 - Fax : 00225 22 514 079 - E-mail : amp-ci@aamp.org - www.amp-vaccinology.org - https://twitter.com/AMPvaccinology