Pneumonie

La pneumonie est une infection respiratoire aiguë affectant les poumons. Elle est la première cause de mortalité infantile dans le monde : 1.1 millions d’enfants de moins de cinq ans meurent chaque année. Sa prévalence est située en Asie et en Afrique subsaharienne.

Les symptômes se caractérisent par de la fièvre, une toux sèche avec une respiration rapide et superficielle. Les nourrissons gravement malade peuvent être incapables de boire et de s’alimenter, et peuvent également souffrir de perte de connaissance et de convulsions.

La pneumonie peut être causée par des virus et des bactéries. Les deux bactéries les plus fréquentes sont le Streptococcus pneumoniae et l’Haemophilus influenzae type b (Hib).
On peut traiter la pneumonie causée par des bactéries avec des antibiotiques. Cependant nombre d’enfants des pays en développement n’ont pas accès à ces soins. C’est pourquoi la prévention vaccinale est essentielle pour faire baisser le taux de mortalité chez les enfants.

Streptococcus pneumoniae

Il existe plusieurs formes de vaccins anti-pneumococciques : le vaccin polysscharide et le vaccin conjugué (avec différentes formules protégeant contre différents types de bactéries pneumococique). Ces vaccins aident à protéger contre les maladies à pneumoccoques comme la pneumonie mais également comme les méningites bactériennes et les infections du sang et de l’oreille.

Cependant le manque de données factuelles sur l’incidence de la maladie et sur l’impact du vaccin entrave les prises de décisions des stratégies vaccinales dans certains pays en développement. Pour s’occuper de cette problématique, l’AMP soutient les pays d’Afrique subsaharienne pour mener des études d’évaluation sur le poids de la maladie à pneumocoques. Cette information est nécessaire pour identifier la valeur potentielle du vaccin anti-pneumococique et pour mesurer l’impact de la vaccination future.

Haemophilus influenzae type b (Hib)

Hib est une autre cause majeure de pneumonie bactérienne infantile qui est presque entièrement évitable avec le vaccin conjugué Hib. Dans le passé, le manque d’information sur le poids de la maladie et sur l’impact du vaccin entravait l’introduction du vaccin. L’AMP a joué un rôle clé en surmontant cette limite à travers des études économiques d’impact du vaccin.

Actuellement au niveau mondial, presque tous les pays utilisent le vaccin Hib. Dans ce contexte, l’AMP travaille avec les pays pour mesurer l’impact du vaccin Hib sur le long terme contre la méningite, et particulièrement pour mesurer si d’autres types d’Haemophilus influenzae peuvent remplacer Hib et si les échecs du vaccin augmentent au fil du temps.