L'infection à pneumocoques est une des principales causes de décès chez les enfants et les adultes dans le monde. Parmi les 1,6 millions de personnes estimées qui meurent chaque année de cette maladie, on peut compter jusqu’à 1 million d’enfants de moins de cinq ans. La vaccination constitue le moyen le plus efficace pour prévenir les maladies à pneumocoques. Les vaccins confèrent une immunité contre certains sérotypes du pneumocoque ; il en existe plus de 90. Le vaccin conjugué anti-pneumococcique (PCV13) protège contre les 13 sérotypes les plus répandus.

L’AMP a développé un projet de trois ans pour étudier l’impact du vaccin PCV13 sur les méningites et pneumonies à pneumocoques hospitalisées dans les districts sanitaires de Dô, Dafra et Houndé dans la région de Bobo-Dioulasso au Burkina Faso. Par ailleurs, l’AMP a également obtenu un financement pour un projet de validation d’un test de détection urinaire des antigènes du pneumocoque dans les pneumonies à pneumocoquse chez les enfants de moins de 5 ans dans la région de Bobo-Dioulasso. Le test sera utilisé pour évaluer l’efficacité du PCV-13 dans la région et apporter un complément à l’étude d’impact en cours.

Le projet consiste en une double étude cas-témoins avec un volet communautaire et un volet hospitalier sur une totalité de 1400 enfants. En plus de l’analyse des urines, le projet intégrera une composante portage nasopharyngé du pneumocoque chez les enfants de l’étude.